jeudi 25 février 2010

Rewiind recrute des attachés de Presse et un chef de projet Web

Pour prévenir une forte hausse d'activité prévue au printemps (et déjà bien entamée) nous cherchons à rencontrer très rapidement des attachés de Presse indépendants et des chef de projets Web freelance ou en CDD.

Plusieurs attachés de Presse en ligne (pas de CDD ni CDI)

Nous cherchons des indépendants très spécialisés sur les domaines sur lesquels nous bossons le plus (surtout Musique et Cinéma mais aussi Mode depuis peu), disposant d'un réseau exclusivement en ligne (portails d'info, webzines, blogs et éventuellement influenceurs sur des communautés type Facebook, Twitter, Myspace etc...).

Nos projets Musique concernent aussi bien des artistes en développement (Carmen Maria Vega, Oceana, Ben l'Oncle Soul...) que des artistes bien installés (Booba, La Grande Sophie, Fall Out Boy...) ou des indépendants (Les Gourmets, festival Paris Hip Hop, Rony...).

Nos projets Cinéma concernent des films plutôt "grand-public" (Le Concert, Le Siffleur...) mais aussi des films plus particuliers (Crimes à Oxford, Soyez Sympas Rembobinez...).

Pour la mode ce sont des projets en cours ou à venir, on vous en dira plus de vive voix.

Vous travaillerez avec Dorothée, notre chef de projet promo. Attention, mademoiselle est très sélective ! On aura besoin de sérieuses références, d'un très bon relationnel (avec les journalistes/bloggers mais aussi avec nous ;-), d'une grande réactivité, de l'efficacité bien sûr et de l'organisation (reportings, suivi...).

Plusieurs projets vous attendent. Nous pouvons donc faire bosser plusieurs profils rapidement et simultanément...

Un chef de projet Web (indépendant, stage ou CDD)

Sur ce coup nous cherchons un seul profil. Il s'agit d'un indépendant (freelance, auto-entrepreneur voire stagiaire si déjà un peu qualifié) ou éventuellement d'un CDD si nous flashons sur le profil. On partirait à priori sur une mission entre 3 et 6 mois (à confirmer).

Pour nous un bon chef de projet Web est évidemment très carré, organisé mais surtout doué d'une grande faculté à rester zen et communiquer facilement avec nos clients et partenaires/prestataires. Comme il sera très certainement intégré dans nos bureaux, nous avons aussi grandement besoin que le courant passe entre nous. Les requins opportunistes nous font fuir et on apprécie l'humour, la décontraction (toute relative en phase de rush) et la créativité. Sauf s'il s'agit d'un stage, nous demanderons évidemment à notre chef de projet Web de travailler le plus possible de manière autonome.

Evidemment vous êtes super opérationnel sur la thématique Web : design, développement, animation (Flash) et serveurs. Si vous ne savez pas pour autant réaliser un site Web de A à Z vous-même, vous savez très bien briefer ceux qui s'en chargeront, apprécier la qualité de leur travail, estimer la charge et le coût d'un projet et enfin respecter (ou faire respecter) les délais. Vous serez peut-être amené à gérer des projets moins techniques/graphiques mais plus publicitaires ou promotionnels si vous êtes à l'aise sur ce plan. Projets de marketing viral, promotion en ligne, vidéo... Vous participerez aussi à nos brainstormings stratégiques et créatifs.

A vous de jouer !

Balancez votre CV ainsi qu'un petit mot accrocheur et convaincant à recrutement@rewiind.fr
.
Share/Save/Bookmark

mardi 23 février 2010

Geek Art : le blog des geeks créatifs

Un peu de promo pour un tout nouveau blog : Geek Art ! Ils se présentent comme ça : " Graphisme, illustration, design, sculpture, peinture… Retrouvez sur geek-art la crème de la crème des oeuvres inspirées par le monde des geeks !"


La Geek Culture a le vent en poupe en ce moment. Voilà un blog qui surfe sur la tendance... Mais je vous rassure, connaissant le protagoniste à l'origine de cette initiative, il y a bel et bien un véritable geek 100% pure souche derrière. Du genre qui dort avec un t-shirt Dark Vador et qui peut parler des plombes de la manière dont tel Marvel a été adapter au cinéma et collectionner les consoles de jeu des années 80 et les gadgets débiles et autres art toys. Du sérieux ! De plus le monsieur est un ex-publicitaire d'agence reconverti en freelance multicasquette entre conception-rédaction pub, comédie (il joue son propre script quand il écrit une radio) et traduction BD/Comics...

Croisez un comédien grande-gueule avec un geek et un créa pub et voilà ce que ça donne...
.
Share/Save/Bookmark

jeudi 18 février 2010

Hocus Pocus triomphe à La Cigale

Rewiind y était... Ce mercredi 17 février 2010, à La Cigale, Hocus Pocus à retourné le cerveau des parisiens !

Petit extrait vidéo du concert en cadeau. Mais allez voir de vraies vidéos live sur leur site, Myspace ou Facebook. C'est mieaux que les vidéos de téléphone portable...

video

Un public conquis d'avance (concert complet depuis 3 mois) qui a fait halluciner les artistes pourtant déjà largement habitués aux foules en délire. Après un morceau particulièrement réussi au cours duquel 20SYL (le rappeur) est venu, par surprise (en coulisses), se mêler à la foule pour observer la scène de l'autre côté, le public a crié, applaudi et tapé du pied pendant pas loin de 3-4 minutes non-stop. Impossible de jouer, impossible de parler car le brouhaha couvrait la sono de plusieurs kilowatts. Une véritable ovation comme on en voit rarement en plein milieu d'un concert ! Frissonnant...

Je ne m'étendrai pas une nouvelle foissur la qualité du concert même si ça me démange. Hocus Pocus ayant réalisé, comme d'habitude, une prestation scénique de très haut vol. Des arrangements très différents de l'album, des musiciens hors-pair et un 20SYL de plus en plus à l'aise et attachant. On remarque aussi les nombreuses inventions scéniques avec des jeux de lumière, des interactions avec le public originales, une utilisation live du sampler avec tous les musiciens, des défis entre le batteur et le DJ etc etc... Mais ce qui frappe aussi dans cette formation : c'est la bonne humeur, l'attitude positive qui en ressort, le respect et le jeu avec le public. HP est un des rares groupes à saluer son public comme au théâtre après les rappels plutôt que de disparaître comme des stars.

Si vous aimez le hip-hop musical, si d'habitude vous n'aimez pas le rap mais vous appréciez la Soul, le Funk et le Jazz mélodique : allez au moins les voir une fois sur scène. Ils seront en tournée en mars et je pense encore une bonne partie de l'année.
Share/Save/Bookmark

mercredi 17 février 2010

En direct du concert d'Hocus Pocus à la Cigale

Rewiind est dans la place ! La cigale, 17 février 2010 (Paris). Concert d'Hocus Pocus en préparation du nouvel album ("16 pièces") prévu pour le 15 mars.


Share/Save/Bookmark

Le top 3 vidéo Dailymotion 2009

Dailymotion vient de publier le TOP 3 des vidéos les plus vues sur leur site en 2009. Pas vraiment de surprise !

1/ Le clip de Make The Girl Dance : "Baby Baby Baby". 3 filles qui descendent la rue Montorgueil à Paris, complètement nues.

2/ Le défi le plus populaire de Rémi Gaillard qui se balade en ville déguisé en Super Mario dans un Kart de course et balance des peaux de banane sur la route.

3/ Le clip de Lady Gaga : "Poker Face".

Chaque vidéo a été vue plus de 7 millions de fois sur Dailymotion. Des succès qui confirment ce qu'on pense chez Rewiind en matière de Buzz. Pour réussir un gros coup viral en vidéo il faut :
  • Une idée originale, très simple et sans aucun compromis. Très souvent il s'agira d'humour ou d'une séquence choc. Evidemment le sexe, et ses dérivés, marche aussi très bien...
  • Susciter la polémique avec les "pour" et les "contre".

  • Si possible profiter d'une notoriété (Ex : Lady Gaga voire Rémi Gaillard).

  • Bien réfléchir les accroches de la vidéo (titre, capture...).
  • Trouver un ou plusieurs diffuseurs, convaincus par la vidéo, qui "amorceront la pompe" en proposant la vidéo à un maximum de gens (home page, newsletter...).

  • Mettre en place un dispositif promo conséquent : relations de Presse, community management (relations avec les bloggers et autres influenceurs sur les réseaux sociaux type Facebook, Myspace ou Twitter).

  • Pour ceux qui ont les moyens (Ex: Lady Gaga) : achat d'espace en ligne, référencement et partenariats négociés.

Share/Save/Bookmark

vendredi 12 février 2010

José James : nouvel album "Blackmagic"

On vous en a déjà parlé sur ce blog : José James est un tueur ! Mais un "love killer". Le genre de crooner jazzy a scotcher toutes les femmes de la terre mais les hommes aussi tellement sa voix est prenante. Grave, chaude, bien "smooth" à souhait. Mais c'est aussi un musicien et un compositeur hors-pair suivi sur scène par un groupe à la hauteur de son talent. José James, c'est le Gil Scott Heron du 21ème siècle. Les connaisseurs apprécieront...


Après l'excellent "The Dreamer" sorti en 2008 sur le label Brownswood (le label de Gilles Peterson !), José James revient donc avec un second opus intitulé "Blackmagic". Beaucoup de Soul, un peu de Jazz, des tempo souvent très posés, parfois un peu plus enjoués (le très bon single "Promise in love" par exemple qui tourne déjà sur Nova ou encore "Warrior") et surtout ce feeling et cette voix qui font tout. Une ambiance de café ou de whisky 20 an d'âge : au choix... Ca sent la fumée (cigare ou cigarette, à vous de voir), le vin rouge aussi, avec pourquoi pas un peu d'encens mélangé à un bon Mafé...

En plus du single on vous invite aussi chaudement à écouter le titre "Electromagnetic" disponible uniquement sur son Myspace. Une grosse tuerie, méchamment groovy... De toute façon tout cet album est bon à prendre ! Nettement plus abouti que le premier (qui contenait pas mal de reprises), un peu plus électronisé et mieux mixé aussi. Espérons que ça sera l'album de la découverte pour le public français qui connaît encore très mal José James.

Qu'il s'agisse de "The Dreamer" ou "Blackmagic", en tout cas la musique de José James détend, apaise, hérisse le poil. Mais si vous voulez un bon conseil, allez surtout l'écouter live, de toute urgence ! Il sera en tournée en Europe (et à Paris) en mars... Je sais pas vous mais nous on y sera !
.
Share/Save/Bookmark

lundi 8 février 2010

Concours et tremplins "nouveaux talents" : la carotte en or

Depuis quelques années les artistes (et surtout les musiciens et chanteurs) ont vu naître sur le Web un maximum de concours, plateformes de découvertes "nouveaux talents" et autres tremplins. Derrière ce nouvel eldorado médiatique dans lesquels on vous promet la lune (signature en maison de disque, matériel de musique, studio d'enregistrement, concert à l'Olympia et surtout de l'argent, de la reconnaissance et une renommée express) se cache en fait de belles opérations éditoriales et marketing pour des sites de moins en moins soucieux de votre carrière artistique.


Chaque musicien amateur ou professionnel a connu, au moins une fois dans sa vie, l'ambiance des tremplins ou des "radio crochets" comme on disait dans le temps. L'idée : faire découvrir de nouveaux talents potentiels triés sur le volet (ou pas... selon les cas), les mettre en concurrence et laisser décider un jury exempt de tout soupçon. Souvent ça se passe sur scène mais parfois la sélection se fait depuis une maquette (K7 ou CD à l'époque, MP3 de nos jours). De fil en aiguille c'est complètement logique de voir maintenant ces concours se dérouler sur le Net. Des dizaines de sites, de salles de spectacles, de labels, de marques de guitares ou de boissons gazeuses ont ainsi proposé, depuis une dizaine d'années, leur grand concours "nouveau talent de l'année". C'est de là que viennent nos Star Academy et Nouvelle Star préférés !

Mettez vous à la place de l'artiste en herbe, passionné et motivé, qui n'a jamais décroché le moindre rendez-vous en maison de disque (pour rester sur l'exemple de la musique), qui n'intéresse aucun manager, aucun éditeur, aucun tourneur... Il lui reste quoi pour tenter de trouver son public et obtenir enfin un peu de reconnaissance ? Surtout que l'artiste est à la fois rêveur et pas très bosseur, très souvent... Donc ce genre de proposition indécente va forcément l'accrocher. Et voilà notre artiste, talentueux mais méconnu, connecté sur www.zicmeup-tour.com dans l'espoir de tirer son épingle du jeu.

Une fois qu'il a raconté toute sa vie et indiqué ses coordonnées complètes (même le nom de son chien), il peut remplir sa fiche d'artiste. Dans la majorité des cas on va vous demander de citer tous les membres du groupe (avec coordonnées complètes pour chacun - surtout ne pas oublier l'adresse e-mail !), rédiger une biographie et uploader des morceaux originaux et une vidéo live par exemple ou un clip. Du coup plus besoin de voir les groupes sur scène pour les juger et les classer dans le bon tiroir. L'organisateur économise du temps et de l'argent. Il peut donc se permettre de mettre en concurrence plusieurs milliers d'artistes comme c'est souvent le cas sur les plus gros concours. Et c'est autant d'adresses e-mail (à multiplier par 4 ou 5 en moyenne par groupe) à ajouter dans son fichier Newsletter qui ne sera évidemment jamais utilisé par des tiers pour faire du spam ! Un fichier, vous l'aurez compris, hautement qualifié ; qui sera revendu une fortune à des marques ciblant les artistes pour leur vendre les outils dont ils rêvent pour devenir des stars. La boucle est bouclée. Certaines marques achètent aussi ces fichiers car les artistes sont des "leaders d'opinion" (comme on dit dans le jargon du marketing) très recherchés.

Et notre petit artiste ne se rend même pas compte qu'il est un artiste parmi 3278 autres. Tous très motivés ! Statistiquement il a encore moins de chances de gagner que de se faire écouter par un petit label (sa maquette perdue dans une pile de 70 CD à écouter dans la semaine).

Là où c'est fort c'est que, du coup, ces sites Web s'offrent un contenu éditorial (biographies, musiques, vidéos, photos et parfois news) gratuit rédigé par les artistes eux-même. Là où tout site Web paie des journalistes ou des rédacteurs, eux n'ont qu'à réaliser le site et il s'alimente tout seul. Mieux, on vous incite à en faire vous-même la promotion. Et oui ! Logique... Pour gagner le concours il faut à la fois convaincre un jury (hyper objectif vous vous en doutez ! pas du genre à truquer la sélection) mais aussi le public. En effet chaque internaute peut voter pour son artiste préféré. Donc si vous voulez faire votre place au soleil, il va falloir convaincre tous vos potes de venir sur votre page voter pour vous. Et leur dire de le dire à tous leurs potes. Et s'ils peuvent voter chacun plusieurs fois (donc se connecter plusieurs fois sinon ça marche pas) c'est mieux ! C'est ce qu'on appelle du "marketing viral" ! Ni plus ni moins... Et pour les concepteurs du site c'est de la promo 100% gratos très efficace.

Vous commencez donc à réaliser à quel point les initiateurs de ces projets sont malins et intéressés. Pas altruistes ni passionnés de musique, ni assoiffés de nouveaux talents comme certains le prétendent. Partez du principe que leurs intérêts ne sont en aucun cas les votres. Ce ne sont pas des anges, juste des hommes d'affaires comme beaucoup d'autres qui exploitent un filon très profitable à leur business.

Mais attardons nous quelques secondes sur un exemple bien particulier. Revenons sur l'adresse citée plus haut : www.zicmeup-tour.com. Zic Me Up est un site communautaire pour musiciens. Inspiré par le succès (succès relatif si on se place du côté des artistes) de My Major Company, le site qui a dévoilé Grégoire et son tube interplanétaire "Toi + moi + tous les autres tout ça tout ça...", Zic Me Up s'est engouffré dans le filon de la "défense des artistes indépendants qui galèrent". De nombreux sites surfent sur cette tendance et exploitent le rêve et le désarroi des artistes frustrés. Mais Zic Me Up fait très très fort avec leur concours-tremplin Zic Me Up Tour. Explications...

Ce concours adopte un format assez classique. Il faut s'inscrire sur le site, remplir son profil d'artiste de manière très complète (qui sera du coup exposé sur le site Zic Me Up et pas seulement sur le site du concours) et ensuite croiser les doigts pour êtes sélectionné en demi-finale régionale. 50% de la sélection se fait par vote des internautes, pour le reste on s'en remet à l'oreille hautement musicale du jury. Jusqu'ici rien de bien nouveau... Mais là où Zic Me Up se démarque, c'est sur les 2 options proposées pour augmenter votre classement. Habituellement, chaque internaute peut voter une fois par connexion. Si on veut faire le "bourrin" on peut se déconnecter/reconnecter un paquet de fois pour faire grimper le score. Mais c'est long et "chiant"... Alors pour les artistes vraiment motivés et leurs fans les plus tenaces, Zic Me Up a mis en place le "vote boost" et le "vote super boost". Il suffit de cliquer sur ces boutons à côté de la fiche de votre artiste préféré (ou de vous-même si vous êtes artiste) pour améliorer considérablement son classement. Le premier le fera augmenter de 20 points d'un coup, au prix d'un SMS ou code Allopass (environ 2 euros). Le second le boostera de 100 points. Là il faut saisir votre code de carte bleue. Ca ne coûte que 7 euros : bien plus rentable ! C'est bien foutu nan ?

Je vois déjà les artistes balancer un mail à leurs 500 potes (+ Facebook + Twitter + Myspace + Skyblog and co...) en les incitant à vite aller voter pour eux sur Zic Me Up, et donc s'inscrire en tant que fan sans oublier de saisir leur adresse e-mail. "Si possible utilisez plutôt les boutons boost ou superboost SVP ! Ca fera grimper mon score bien plus vite et ça coûte vraiment pas cher ! Si vous m'aimez vraiment prouvez le ;-)". Affligeant... Tout ce business juteux justifié par un nouveau modèle économique révolutionnaire dans une industrie musicale en crise : faites-vous produire par vos fans ! En gros les fans n'achètent plus vos disques ou MP3 mais investissent dans votre projet musical. Ils deviennent producteurs de musique. Révolutionnaire on vous dit ! Et si vous faites n'importe quoi avec leur argent, ou si personne ne vous fait confiance pour autant (finalement vous êtes toujours ce petit artiste amateur inconnu) et bah c'est pas grave : c'était pour la bonne cause ! On voit déjà aussi la petite dérive sociale que cela peut immiscer : seuls les artistes les plus riches pourront tirer leur épingle du jeu. Les autres, les plus modestes, ceux qui n’ont pas d’amis fortunés non plus (ça va souvent ensemble) resteront sur le carreau. C’est moche…

Petit détail amusant : si jamais vous êtes sélectionné pour les demies-finales et donc invité à vous produire live (gratuitement bien entendu) dans une des salles de spectacles partenaire, vous devrez débourser 9 euros. C'est d'abord mesquin pour une si petite somme et finalement, par principe, c'est carrément scandaleux. Un groupe sélectionné dans sa région, qui vit à 100 km du lieu du tremplin live, devra se déplacer avec ses 4 musiciens, chacun avec son instrument, voire avec quelques amplis, pour une journée complète (en prenant un RTT bien souvent). Il faut d'abord faire les balances pour paramétrer les aspects sonores du concert puis attendre longuement et enfin jouer 30 minutes devant le jury et un public trop content de voir un tremplin amateur gratuit. Mais le public va consommer sur place (boissons, vestiaire et autres) et générer des bénéfices que les artistes ne toucheront jamais. Nan, ils préfèrent débourser 9 euros pour vivre leurs rêves.

Un autre exemple insupportable de ce qui se fait de pire en termes de tremplin musical : Fallenfest. L'idée : organiser un festival dans un grand studio d'enregistrement (qui en profite pour faire sa promo, auprès des musiciens) et faire venir des dizaines de groupes amateurs en les incitant à vendre un maximum de préventes (10 euros au lieu de 12-15 sur place) à leurs proches. Si vous ne ramenez personne, personne ne votera pour vous ! Pire il n'y aura personne dans le public... Car les gens de Fallenfest ne communiquent pas sur les présélections. Pas rentable... Donc les artistes, non rémunérés pour leur travail et déplacement, sont bombardés "commerciaux" et vendent leurs propres places de concert. Sans toucher 1 sous dessus... Je crois me souvenir qu'au-delà de 50 préventes vendues, le groupe empoche les préventes suivantes. A votre avis, en moyenne, combien de préventes un groupe amateur avec une petite notoriété sur Paris peut espérer vendre ? Entre 30 et 50 maximum ! C'est bien foutu nan ? Fallenfest fait passer environ 8 groupes par soirée. Ca peut vite devenir très rentable à zéro frais (hors ingé-son)... Et pour ceux qui veulent aller encore plus loin il y a aussi les tremplins qui font payer les droits d'inscription. Le plus connu et décrié : Emergenza. Ces champions internationaux du tremplin pour jeunes artistes demande 50 ou 60 € de frais d'inscription. Je me base sur ce que j'ai pu entendre ou lire sur des forums car le prix n'est pas clairement indiqué sur le site.

Savez-vous ce que ces "artist angels" rétorquent à ce genre de critique ? Ils vous expliquent calmement que c'est aux artistes de faire leur promotion, qu'il faut fédérer son public et qu'on a rien sans rien. Mais alors qui va payer les artistes pour toute cette implication ? Personne... Car c'est comme ça que ce business fonctionne. Les gens jouent avec la passion des artistes, prêts à beaucoup de choses pour se faire connaître et exposer leur talent.

Mais pour faire l'antithèse de cette thèse bien sombre, ajoutons que ce type d'abus n'est pas forcément à généraliser. Certaines associations le font avec un véritable esprit de développement artistique. Mais ces projets, bien souvent financés en partie par l'état, ne sont pas en recherche de bénéfices. Les objectifs n'étant pas les mêmes, le fonctionnement est tout autre. Lorsque vous participez à un concours ou à un tremplin, si vous voulez être sûrs de ne pas engraisser des profiteurs, cherchez les logos partenaires institutionnels type SACEM, ADAMI, des mairies ou comités régionaux... C'est pas forcément un gage de qualité (là aussi le jury est rarement complètement objectif) mais ça limite un peu les risques.
Share/Save/Bookmark

Comment dépenser 30 000 $... LE clip qui buzz !

Après le carton de leur 1er single Baby, baby, baby (+ le clip osé et buzzé...) le groupe Make the girl dance mené par l'ex trublion de la télé Pierre Mathieu et Greg Kozo reviennent avec le clip de leur 2ème chanson intitulée Kill me.

Clip, tourné aux Etats-Unis dans une totale insouciance... Budget 30 000 $




Encore un très gros buzz assuré...
Share/Save/Bookmark

vendredi 5 février 2010

Rewiind en promo Web...

7 promos Web en cours pour Rewiind !

Musique
Sly Johnson / Universal Publishing (nouvel album courant 2010)
Absynthe Minded
/ AZ - Universal (nouvel album avril 2010)
Admiral T
/ AZ - Universal (nouvel album avril 2010)
Yannick Duhamel
/ AZ - Universal (nouvel album mars 2010)







Cinéma

La révélation
de Hans-Christian Schmid sortie le 17 mars 2010 / Europa Corp

DVD
Professeur Jacky Love (Titoff) pour AZ / Universal

Edition
HEY! un nouveau trimestriel urbain, décalé et arty pour Ankama.

Share/Save/Bookmark

Hocus Pocus - A mi chemin

En introduction au futur album d'Hocus Pocus prévu, aux dernières nouvelles, pour mars 2010, découvrez "A mi chemin" avec Akhenaton (IAM) en featuring. Sans oublier Ben l'oncle Soul pour les choeurs : un artiste qu'on aime beaucoup chez Rewiind (dont on fait la promo d'ailleurs)...


D'album en album Hocus Pocus prend de la bouteille, de l'expérience voire de l'expertise ! Sur chaque album il y a quelque chose d'encore plus fort : de grandes scènes bondées, des featurings impressionnants, des textes scotchants, une qualité de live impresionnante, des idées de fou dans leurs clips... Où s'arrêteront-ils ?

Hocus Pocus : un exemple à suivre pour ceux qui pensent que le rap tourne en boucle.

Ecoutez "A mi chemin" d'Hocus Pocus (feat Akhenaton) sur Deezer
.
Share/Save/Bookmark

mardi 2 février 2010

Sly Johnson 74

Rewiind en mode promo web pour la nouvelle signature Universal Publishing : SLY JOHNSON.

Résurrection.
Une autre vie commence en 2007, avec la fin du Saïan Supa Crew. Il se cherche et il trouve sa voie au travers de rencontres (Camille, Rokia Traoré, Erik Truffaz). Dans cette quête d’identité artistique, le disquaire Jean-Philippe Mano fait goûter à cet amateur de hip-hop les galettes d’origine, les classiques du groove. Le monde de son enfance, peuplée des LP de son père. De la salsa, de la rumba, du jazz, de la soul…Mais il lui aura manqué l’essentiel, sa mère qui décède en 2007.

Renouveau.
Sly Johnson pousse le pitch plus loin qu’une simple nu-soul, avec ce disque (74).
Sa voix demeure la pulsation essentielle, de la chanson au beat-box, des craquements du vinyle au velours de la soul. Le Français a composé le répertoire de son album à partir de sa voix, sublimée par le producteur Jay Newland (Norah Jones, Ayo) et le tapis de cordes sensibles et de cuivres subtils que lui tresse Larry Gold, le mythique arrangeur du son de Philadelphie (Erykah Badu, The Roots, Justin Timberlake).
A ses côtés, une équipe de musiciens branchés « Great Black Music » et des invités triés sur le volet : les rappeurs de Slumvillage et la chanteuse Ayo. Cette fidèle amie lui a toujours dit : « Sly, t’es pas un rappeur, t’es un chanteur. » C’est sûr, et c’est chose bel et bien faite.

A suivre…

1ère vidéo en studio mi-février

Crédit photo : JM. Lubrano
Share/Save/Bookmark

lundi 1 février 2010

Handball : les invincibles français

Vous le savez en matière de handball on aime bien donner un petit nom amical à nos champions français à chacun de leur exploit. Après les Bronzés, les Barjots, les Costauds et les Experts, il y a fort à parier que la prochaine appellation qui va se démocratiser après leur victoire d'hier soir à Vienne soit les Invincibles.


Hier, dimanche 31 janvier 2010, les handballeurs français sont en effet rentrés dans l'histoire en gagnant le championnat d'Europe. On pourrait se dire "oui bon bah bravo c'est cool mais on va pas faire en fromage !"... Sauf que si on va même en faire un gros reblochon coulant car ces indestructibles de hanballeurs accumulent les exploits. Ils sont champions olympiques (2008), champions du Monde (1995, 2001 et 2009 s'il-vous-plaît) et donc champions d'Europe (2010 mais aussi 2006). Le tout d'affilée ! Imaginez-vous, bande de chauvins frustrés par nos résultats en foot, rugby ou tennis, comment nos adversaires doivent parler de nous en matière de Hand. Il faut visualiser Roger Federer, Sébastien Loeb ou Michaël Schumacher en équipe de hand. Le genre imbattable, grand favori presque agaçant. Y'a-t-il beaucoup de sports où une équipe française est redoutée à ce point ?

Le malheur c'est que malgré nos résultats à l'international la Fédération Française de Hand n'est pas riche et travaille un peu à l'ancienne, de manière très associative, alors que les handballeurs français sont pourtant des professionnels. Résultat : le championnat de France n'est pas terrible (et pourtant dieu sait que ça joue !) par rapport à nos voisins espagnols ou autrichiens par exemple. Nos meilleurs joueurs s'expatrient évidemment (tiens ça rappelle un peu le foot du coup). Les matchs ne sont pas diffusés ou alors sur de sombres chaînes câblées. Les gymnases (on ne peut pas trop parler de stade) sont petits et pas toujours remplis...

Mais ça va changer c'est obligé. Les gens vont demander du hand ! D'ailleurs si vous n'en avez jamais regardé il serait temps d'essayer, ça va vous plaire ! Beaucoup d'action, de la vitesse, du spectacle (sauts, plongeons, combinaisons spectaculaires...), de l'engagement physique, des buts (ça change du foot !), beaucoup de fair-play et de bon esprit (pas de tricherie possible sur un terrain de handball).

Alors moi je le dis tout net : oubliez ce foutu foot et mettez vous au Hand ! Vous ne le regretterez pas !
.

Share/Save/Bookmark